> Allocutions
   et présentations
> Articles de presse
   et interviews
> Energie
24 / 10 / 2016

Communiqué de presse, « ERA 2016 »


M. le Ministre inaugure le Salon des Energies renouvelables « ERA 2016 »

Communiqué de presse

Le Ministre de l’Energie, M. Noureddine Boutarfa, a inauguré ce matin, lundi 24 octobre 2016, à Oran, la 7ème édition du salon des énergies renouvelables, des énergies propres et du développement durable « ERA 2016 ».

Dans son allocution d’ouverture, le ministre de l’énergie a mis en avant la détermination du Gouvernement à concrétiser le programme national des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, programme hissé par Son Excellence, Monsieur le Président de la République, au rang de priorité nationale.

Le ministre de l’énergie a rappelé en cette occasion que la stratégie de mise en œuvre du programme national de développement des énergies renouvelables est duale ; elle repose sur deux composantes : l’une énergétique et l’autre industrielle. « Cette stratégie ‘’duale’’ vise, d’une part, à contribuer à la préservation de nos réserves fossiles non renouvelables – et plus globalement, à protéger l’environnement- et d’autre part, à l’émergence d’une industrie nationale du renouvelable qui favorisera la transition énergétique et une économie durable ». M. Boutarfa a ajouté que « ce principe dual permettra le développement à grande échelle des installations renouvelables, associé à une industrie nationale qui touchera tous les éléments de la chaine de valeurs des renouvelables, notamment l’engineering, les équipements et la construction ».

Dans cette perspective, le ministre de l’énergie a annoncé le lancement, prochainement, d’un appel à investisseurs pour la réalisation d’installations de production d’électricité à partir de sources renouvelables conditionné par la réalisation d’investissements dans le domaine industriel. Cet appel d’offres mettra en compétition les investisseurs afin d’assurer un environnement favorable au développement des EnR mais aussi pour réduire le prix du kWh produit à partir des énergies renouvelables : « pour diverses considérations, telles que la baisse des coûts des équipements sur le marché international et le recours grandissant, à travers le monde, à l’appel d’offres pour mettre en compétition les investisseurs et réduire le prix du kWh produit à partir des énergies renouvelables, l’Algérie va recourir à ce mécanisme afin de protéger le consommateur en lui offrant une énergie propre et durable à un prix du KWh le plus bas possible », a-t-il déclaré.

Cet appel à investisseurs offrira la possibilité à ces derniers de réaliser des centrales de production d’électricité d’origine renouvelable sur des sites préalablement choisis, ce qui permettra d’une part, de leur faciliter les procédures et les démarches et d’autre part, d’accélérer la cadence de mise en œuvre.

Le ministre a également appelé, à parti d’Oran, les investisseurs nationaux et/ou étrangers à s’intéresser davantage au marché des renouvelables et à répondre nombreux à cet appel à investisseurs : « ce mode de réalisation [a-t-il ajouté], nécessitera la recherche de partenariats forts, bénéfiques et équitables, pour permettre le placement de l’Algérie dans une véritable transition énergétique vers un modèle de production et de consommation propre, profitable et durable ».

Le ministre de l’énergie a déclaré également qu’en sus du mécanisme d’appel d’offres à investisseurs nationaux et/ou étrangers pour constituer des partenariats, une part importante sera réservée aux acteurs nationaux dans le cadre d’un dispositif spécifique de mise aux enchères et les a invités à se préparer à y répondre. M. Boutarfa a ajouté que ces investissements seront profitables aussi bien au consommateur qu’aux investisseurs et que des mécanismes appropriés seront mis en place pour assurer l’achat et le paiement de la production d’électricité.

Pour rappel, le programme national de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, vise la mise en service d’une capacité de production d’origine renouvelable de 47 à 51 TWh à l’horizon 2030, dont plus de 9 TWh seront injectés dans le réseau d’ici 2020.

D’ici la fin 2016, l’Algérie comptera une capacité de 343 MW réparties à travers 14 wilayas du pays. Actuellement, 16 centrales d’une capacité de 195 MW sont déjà fonctionnelles et injectent de l’énergie d’origine renouvelable dans le réseau. Six (6) autres le seront dans les prochaines semaines. Ces centrales solaires sont réalisées par Sharikate Takat El Moutajadida (SKTM), filiale du Groupe Sonelgaz et s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la première phase du Programme national de développement des énergies renouvelables.

En savoir plus sur les 22 centrales d’une capacité de 343 MW à travers 14 wilayas du pays

Centrales entrées en service durant l’année 2015 avec une capacité de 48 MW : Djanet (Illizi), avec une capacité de 3 MW ; Adrar(Adrar), d’une capacité de 20 MW ; Kabertene (Adrar), d’une capacité de 3 MW ; Tamanrasset (Tamanrasset) d’une capacité de 13 MW et Tindouf (Tindouf) d’une capacité de 09 MW.

Centrales entrées en service durant l’année 2016 (à septembre 2016) totalisant une capacité de 147 MW : Aoulef (Adrar) d’une capacité de 05 MW ;  Z.Kounta (Adrar), d’une capacité de 06 MW ; Timimoune (Adrar), d’une capacité de 09 MW ; Reggane (Adrar), d’une capacité de 05 MW ; In Salah (Tamanrasset), avec 05 MW ; Ain Albel (Djelfa) avec 20 MW ; Telagh (Sidi Bel-Abbes) avec 12 MW ; Sedrate Leghzal (Naama), d’une capacité de 20 MW ; Ain Skhouna (Saida) d’une capacité 30 MW ; El Khnag (Laghouat) avec 20 MW et Oued El Kebrit (Souk Ahras) d’une capacité de 15 MW.

Centrales à mettre en service avant la fin 2016, d’une capacité de 148 MW : Ain Al bel (Djelfa II) d’une capacité de 33 MW ; Laghouat II avec 40 MW ; Oued El MA (Batna), avec 02 MW ; Labiodh Sidi Chikh (EL Bayadh) avec 23 MW ; Ain El Melh (M’sila) avec 20 MW et El Hedjira (Ouargla) avec 30 MW. 



Hydrocarbures  |  Energies   |  Patrimoine énergétique   |  R-H & Formation