Formation

L’analyse des écarts entre les compétences actuelles et les compétences nécessaires est une opération fondamentale dans le développement du potentiel humain et par voie de conséquence dans la politique du personnel. Elle permet de proposer aux collaborateurs des plans de formation personnalisés liés aux besoins des objectifs de l’administration. Cette démarche est prévisionnelle, parce qu’elle permet de réduire les risques d’insatisfaction tant pour l’organisation que pour les individus. Cette démarche permet de déterminer le meilleur profil pour maîtriser le poste de travail et éviter ainsi les risques de dysfonctionnement.  

En effet, Le décret exécutif N°96/92 du 3 Mars 1996, relatif à la formation, au perfectionnement et au recyclage des fonctionnaires a défini les conditions et les modalités d’organisation de la formation. Dans cette optique il a institué et consacré un cadre réglementaire approprié pour impulser les actions de formation, de perfectionnement et de recyclage des fonctionnaires en vue de les doter des outils théoriques, méthodologiques et techniques leur permettant d’exercer efficacement les activités auxquelles ils sont destinés.  

La circulaire N°01 du 6 Juin 1998 de Monsieur le Ministre délégué auprès de Monsieur le Chef du Gouvernement chargé de la réforme Administrative et de  la Fonction Publique est venue préciser les modalités de mise en œuvre du décret précité et notamment les conditions de mise en place des plans sectoriels annuels ou pluriannuels de formation, de perfectionnement et de recyclage des fonctionnaires, plans qui doivent s’inscrire dans le cadre d’une gestion prévisionnelle des ressources humaines et traduire les besoins de formation au sein de chaque Administration.

La stratégie et la politique en matière de formation au MEM ,consiste en un développement accru de la ressource humaine, principale richesse d’une Administration, la formation doit être le moyen de réaliser et de contribuer à ce développement, pour prendre en charge l’ensemble des défis qui permettront au secteur de se placer au niveau requis par le contexte d’internationalisation des marchés et de compétitivité à tous les niveaux. Dans ce contexte la formation constitue un axe prioritaire dans la stratégie du secteur et dont les orientations sont : 

  • L’intégration de toutes les structures de formation  du secteur, dans un même giron pour optimiser et développer les moyens et les ressources nécessaires aux besoins de formation très importants au niveau de toutes les activités du secteur : Electricité, transport et distribution du gaz, hydrocarbures et mines ? Energies renouvelables et Energie Nucléaire.. 
  • Les objectifs recherchés sont :
  • Le partage d’expériences entre les partenaires
  • Le Développement des synergies
  • L’optimisation des moyens qui existent au niveau du secteur.  

La formation doit se faire de façon continue, dans tous les domaines d’activité du secteur, les travailleurs quels que soient les emplois qu’ils occupent et leurs niveaux de qualification. 

Elle doit concerner  non seulement les jeunes recrues, mais également les travailleurs en poste pour les remettre à niveau et les adapter en permanence aux changements dans tous les domaines.

Des cycles de formation appropriés à chaque population, en termes d’emplois et de niveau, en fonction des objectifs visés par activité et des besoins identifiés doivent être mis en place à cet effet.  

Pour les nouvelles recrues de niveau cadre, des cycles de formation obligatoires doivent être organisés pour faciliter et accélérer leur intégration professionnelle.  

Toute promotion pour accéder à un poste de responsabilité doit être conditionnée par une formation en management.  

Les inscriptions à des formations sur catalogue ne suffisent pas, il faut investir dans les domaines peu maîtrisés jusque-là pour développer les compétences et l’expertise des cadres.  

Il s’agit   des :  

  • Connaissances des règles de sécurité requises pour chaque activité du secteur et des normes de préservation de l’environnement. 
  • Connaissance des marchés Miniers, Electricité, hydrocarbures, leur évolution dans le monde et la situation en Algérie.
  • Juridique : préparation des contrats, suivi et contrôle de l’application des lois et réglementation en vigueur, code des marchés publics, 
  • Fiscalité : maîtrise du régime fiscal à appliquer en fonction des situations
  • Etude de planification stratégique et de prospective
  • Analyse économique et financière
  •  Analyse des coûts 
  • Marketing : étude des besoins et du marché
  • Négociation commerciale
  • Communication
  • Système d’information et gestion de banques de données
  • Contrôle et audit 

Une attention particulière est accordée  par Monsieur le Ministre de l’Energie et des Mines à la formation des Ingénieurs et Techniciens.

Pour la bonne prise en charge de cette activité la circulaire N°932/SG du 29 Juin 2011 est venue préciser et insister sur les modalités de prise en charge de cette activité.



Hydrocarbures  |  Energies   |  Patrimoine énergétique   |  R-H & Formation